Stage n°5 : EXPLORATIONS FONCTIONNELLES

Le 5ème stage de mes études de médecine s’est déroulé en « Explorations Fonctionnelles », celui-ci faisait partie des stages en Laboratoire que nous devions faire en 3ème année. C’était donc mon deuxième stage de l’année.

Je vais être claire dès le début, si j’ai mis autant de temps à écrire cet article c’est surtout parce que… je n’ai pas aimé ce stage. Je vous ai toujours tout dit, alors je suis honnête, inutile de faire croire que tout est tout beau et tout rose comme le font certains : quand cela ne m’a pas plu, je vous le dis. Et je vais vous expliquer le déroulement de ce stage.

 


J’ai choisi de faire ce stage car parmi les stages proposés en laboratoire, c’était le seul qui n’était pas vraiment un stage de laboratoire. Je m’explique. On devait tourner dans différents services afin de voir plusieurs types d’explorations fonctionnelles : cardiovasculaire, ORL, ophtalmo, gastro-entérologie et neurologie (enfin… la neurologie c’était sur le papier, parce que personne n’y a été).

On était 6 étudiants et on tournait deux par deux (ou des fois seul selon les jours) dans les différents services.

Le stage se déroulait dans un hôpital militaire. Ca m’a fait bizarre les premiers jours d’entrer sur une base militaire : des militaires habillés et armés montent la garde devant l’entrée de l’hôpital. Notre identité et nos affaires sont fouillés à chaque fois qu’on entre dans l’hôpital. Pour cela, le premier jour de stage, on nous a fourni un badge nous permettant d’entrer et se « balader » dans l’enceinte de l’hôpital et de récupérer nos tenues. En effet, dans cet hôpital, tous les employés devaient avoir la même tenue : un pantalon blanc et une blouse blanche avec le logo de l’hôpital. Bon… Soit. Ca aurait pu être cool si l’endroit pour récupérer les tenues n’étaient pas carrément à l’opposé de l’hôpital et si la machine qui les fournissait ne beuguait pas 1 fois sur 2.

Semaine 1 : j’étais en ophtalmologie. 
Pendant cette première semaine, je suis restée avec une ophtalmologue, qui avait d’ailleurs l’air surprise de me voir là. A croire qu’elle n’était pas au courant de ma venue. Elle me dit de m’assoir dans un coin de son bureau pour assister aux consultations. Chose que je fais. Je vois défiler les patients les uns après les autres. Ils viennent ici pour un contrôle pré ou post-opératoire d’une chirurgie (souvent, la cataracte) ou bien pour un simple contrôle de leur vision.
Une fois, la médecin m’a montrée ce qu’elle voyait dans l’appareil pour montrer à quoi ressemblait la cataracte chez le patient qui allait bientôt se faire opérer. C’était difficile de voir et de comprendre mais elle m’a dit que c’était normal, surtout que je n’avais jamais fait d’ophtalmologie de ma vie. Et après ça… plus rien. Je la suivais comme un toutou d’une salle à l’autre, la regardant manipuler ses machines, prescrire des verres de lunettes et voilà. En clair, je n’ai pas appris grand chose.
Le deuxième jour se passe de la même façon, je devais y être de 8h à 12h mais elle m’avait dit de venir pour 9h30. Chose que j’ai faite. Et une heure après elle n’avait plus rien à faire donc m’a renvoyée chez moi. Ce qui était top ce jour là, c’est que j’ai pu assister avec un autre ophtalmo à des séances de traitement de la DMLA, en fait on allonge le patient sur le dos, on lui écarte les paupières et on lui met le médicament à l’intérieur. Séance pas très agréable pour le patient, mais traitement qui fonctionne plutôt pas mal apparemment.


Le mercredi, on m’a « forcé » à aller au bloc opératoire. J’avais dit à la médecin que j’avais déjà vu des opérations chirurgicales en ophtalmologie et que je préférais les consultations mais elle voulait absolument que j’aille au bloc avec son confrère. N’ayant pas mon mot à dire, je l’ai fait. Et je suis restée, des heures et des heures debout sans bouger dans le bloc à regarder l’écran qui projetait l’oeil et les gestes du chirurgien (rappel : un ophtalmologue est un chirurgien), à voir les patients qui s’enchainaient, et surtout à voir QUE DES OPERATIONS DE LA CATARACTE, il les enchainait, il n’y avait que ça de prévu au planning. Personne ne me parlait, comme toujours j’essayais de m’intéresser, de comprendre, d’apprendre, mais je voyais que mes formateurs n’étaient pas réceptifs et qu’ils préféraient que je reste dans mon coin à faire la plante. Chose que j’ai faite. A 11h30 j’ai demandé à partir, ils avaient limite oublié que j’étais là donc ils ont bien entendu accepté mon départ.
C’est ainsi que s’est terminée la semaine en ophtalmologie. J’avais déjà fait un stage en ophtalmologie avant d’entrer en médecine et c’était déjà bien plus intéressant. J’étais déçue.

 

Semaine 2 : ORL.
La deuxième semaine, j’étais en ORL. La chose la plus géniale était que j’étais avec ma meilleure copine de promo, heureusement qu’elle était là.
Les infirmières de ce service d’explorations ORL étaient GENIALES. Elles nous ont appris plein de choses, montré plein de trucs, expliqué leur métier, toutes les machines d’explorations fonctionnelles, tous les tests à faire, les résultats à obtenir etc. Le seul souci, c’était que lorsque l’on avait une question de l’ordre du médical, elles ne pouvaient pas répondre (normal d’ailleurs, chacun son métier) et on était toujours un petit peu sur notre faim quant aux explications, il y avait des choses pas claires, des choses que l’on avait besoin d’approfondir. Les médecins ? Trop occupés, ils n’avaient pas le temps de s’occuper de nous. C’est bien ce que je dis, heureusement que les infirmières étaient là. Elles ont rendu cette semaine en ORL un peu plus interessante que ce que cela aurait du être à la base. Mais à force c’était long, on s’ennuyait, on voyait toujours la même chose et n’apprenait pas ce que l’on devait savoir.

Le dernier jour, les infirmières ont insisté auprès des médecins pour que l’on puisse assister aux consultations, elles avaient bien compris que l’on était là pour apprendre la médecine. J’ai donc assisté aux consultations avec la chef de service. Super gentille, elle m’a appris pas mal de choses, j’ai pu observer, poser mes questions, apprendre. Enfin ! Dommage que cela n’aie duré que quelques heures le dernier jour…

 

Semaine 3 : Cardiologie.
Pire semaine du stage. Comment résumer ce qu’on a fait (j’étais encore avec ma meilleure copine Laura, heureusement mon dieu heureusement) ? Ca va être simple : nous avons tenu les murs. Oui ça résume assez bien.
Le médecin qui devait s’occuper de nous en avait clairement rien à faire de notre présence et pourtant c’est pas faute de l’avoir sollicité. Il nous expliquait rien, ne nous montrait rien et n’avait franchement rien de très intéressant à faire. Les infirmières ne nous aimaient pas trop, à part se moquer de nous voire nous mépriser quelques fois, elles étaient inutiles pour nous. Tout le monde voyait qu’on s’ennuyait, on n’avait rien à faire, rien à voir. On avait beau suivre les médecins/infirmières, ils faisaient comme si nous n’étions pas là ou nous demandaient de sortir de la salle. Ce qu’on a clairement fait : regarder des patients faire du vélo lors d’épreuve d’effort (oui on les a regardé pédaler, rien de plus), regarder le médecin faire des échographies cardiaques (on a beau poser des questions, on nous ignore), et regarder des clichés de radio/IRM sans rien y comprendre bien entendu. Un enfer…

 

Semaine 4 : gastro-entérologie.
Cette semaine en exploration gastro n’était pas très longue. Il me semble où il y a un jour où nous avons assisté à des endoscopies (sans anesthésie, quelle horreur pour les patients…), un jour où nous avons visité le service et un jour où on n’avait rien à nous faire faire. Voilà… Ou en tout cas, si on a fait autre chose, je n’en ai pas le souvenir tellement c’était du rapide.

 

Ce stage a heureusement duré que 4 semaines au lieu de 5 (car il y avait les vacances). Mais c’était les 4 semaines les plus longues pour moi. En plus c’était en hiver, il faisait froid et pas beau, et l’hôpital n’était pas facile d’accès, j’habitais juste à côté mais je mettais 30-40 minutes pour y aller en voiture. Autrement c’était 1h en transport en commun. Un cauchemar.

 

Par contre… le stage qui a suivi celui-ci était en médecine légale. Le stage le plus impressionnant de toute ma vie je pense. J’ai hâte de vous le raconter !

Laisser un commentaire