Ma nouvelle vie d’externe en médecine, comment ça se passe à Marseille ?

Je suis heureuse aujourd’hui de vous retrouver pour un nouvel article.

Fini le premier cycle des études de médecine pour moi, je suis maintenant externe. Et d’ailleurs à l’heure où j’écris, je viens de terminer ma première année de l’externat.

L’externat, c’est quoi ?

A partir de la 4ème année de médecine, et jusqu’en 6ème année de médecine incluse, les étudiants en médecine deviennent « externe ». C’est un statut assez particulier où nous travaillons la moitié du temps à l’hôpital, et l’autre moitié du temps nous étudions.
Nous devenons ainsi « salarié » de la fonction publique, nous touchons un salaire, nous sommes protégés par le Régime Général de l’Assurance Maladie, nous avons droit à 5 semaines de congés annuels. Quasiment tout comme un véritable salarié, hormis quelques inconvénients (nous sommes payés moins d’un euro de l’heure, n’avons pas les mêmes avantages que tous les salariés etc… c’est en partie pour cela que les externes en médecine sont qualifiés d’esclaves de la fonction publique).

Pendant ces 3 années intenses, nous travaillons donc auprès des patients en stage à l’hôpital et nous révisons le reste du temps le concours national que nous devons passer en fin de 6ème année.
Ce concours (= ECN = Examen Classant National) nous classe nationalement parmi tous les autres étudiants en fin de 6ème année de médecine (donc un peu plus de 9000 candidats au concours chaque année). Nous choisissons ensuite selon notre classement, quelle spécialité médicale on souhaite exercer et dans quelle ville nous souhaitons l’apprendre. En gros, le premier classé au concours aura le choix entre toutes les spécialités, et le choix de toutes les villes proposées. Chaque spécialité médicale possède un nombre de places limité dans chaque ville. Par exemple à Marseille en 2018, il y avait 24 places en psychiatrie.

Et ensuite ?
Une fois que vous avez passé votre concours, et choisi votre spécialité médicale, vous passez en 7ème année de médecine où vous devenez interne dans la spécialité choisie, dans la ville que vous avez choisie (toujours selon votre classement). Pour rester sur le même exemple, si vous avez choisi la psychiatrie à Marseille alors vous devenez interne en psychiatrie. C’est-à-dire que pendant les prochaines années, vous allez travailler à 100% à l’hôpital auprès des patients, et plus spécialement dans les services qui correspondent à votre spécialité. Vous avez toutes les bases de la médecine apprises pendant les 6 premières années d’étude et vous allez maintenant apprendre votre spécialité médicale, vous devenez donc des médecins en formation.
La durée de l’internat dépend de la spécialité (en médecine générale, l’internat dure 3 ans, en psychiatrie et la plupart des autres spécialités médicales c’est 4 ans, certaines spécialités c’est 5 ans, et les spécialités chirurgicales c’est 5 ans minimum aussi).

Bref, maintenant que je vous ai illustré tout cela, vous comprenez un peu mieux les notions d’externe et d’interne en médecine. Je vais donc pouvoir vous expliquer comment se passe l’externat à Marseille. Parce que oui, le statut d’externe est un statut commun à tous les étudiants en médecine de France, cependant, chaque faculté décide d’organiser son externat un petit peu comme elle le souhaite, l’essentiel est que l’externe en médecine travaille à mi-temps à l’hôpital et l’autre moitié du temps soit consacré à l’apprentissage théorique en vu du concours national de fin de 6ème année (ECN).

L’externat à Marseille :

1/ Les 4ème et 5ème années :

Les 4ème et 5ème années de médecine sont similaires à Marseille. C’est-à-dire qu’elles sont organisées strictement de la même façon, les seules choses qui différent ce sont les terrains de stages dans lesquels nous travaillons à mi-temps dans les hôpitaux, et les cours théoriques que l’on voit.

4ème année 5ème année

Les matières abordées en 4ème année :

  • Médecine interne
  • Hématologie
  • Dermatologie
  • Gériatrie
  • Hépato-gastro-entérologie
  • Urologie
  • Néphrologie
  • Neurologie
  • Infectiologie
  • Cardiologie
  • Pneumologie
  • Médecine d’urgence
  • Réanimation/Anesthésie
  • Lecture Critique d’un Article Scientifique en Anglais

Les matières abordées en 5ème année :

  • Gynécologie Obstétrique
  • Stomatologie / Oto-Rhino-Laryngologie
  • Ophtalmologie
  • Médecine du travail
  • Médecine Physique et de Réadaptation
  • Psychiatrie
  • Pédiatrie
  • Oncologie
  • Endocrinologie
  • Rhumatologie/Ostéo
  • Lecture Critique d’un Article Scientifique en Anglais

Tous les matins, nous sommes en stage dans nos services respectifs, et tous les après-midi des cours sont dispensés à la faculté. Toutes les 8 semaines nous changeons de stage, et de matières étudiées à la faculté.

Ainsi, pendant ma 4ème année j’ai pu passer dans les services suivants :
– Médecine interne
– Hépato-gastro-entérologie
– Neurologie (dans un service spécialisé dans la sclérose en plaques)
– Chirurgie cardiothoracique
– Urgences

L’été (juillet, aout, et les 3 premières semaines de septembre) il n’y a plus de cours à la faculté, cependant nous sommes obligés de continuer à aller en stage tous les jours (rappelez vous, l’externe est comme un salarié, il n’a droit qu’à 5 semaines de congés annuels à déposer dans l’année, donc finies les vacances d’été à ne rien faire).

Le stage d’été est un stage « libre » c’est-à-dire qu’il peut être fait dans tous les services qui étaient disponibles dans l’année : vous pouvez choisir de retourner dans un service qui vous a plu, ou au contraire, choisir un autre service afin de découvrir autre chose. Personnellement j’ai choisi à nouveau le stage aux urgences, c’est celui qui m’a permis de développer au mieux ma pratique médicale et je vous expliquerai pourquoi prochainement.

Méthode d’évaluation en 4ème et 5ème années :

Pour valider notre 4ème et 5ème année, on a différentes choses à accomplir :
Un oral en mars : un sujet tiré au sort pouvant traiter de n’importe quel sujet qui aura été abordé en cours entre septembre et mars.
Une clinique en mars : on est convoqué dans un service médical (n’importe lequel, il peut s’agir d’un service pour lequel on n’a jamais étudié les cours théoriques, par exemple être convoqué en endocrinologie en 4ème année alors que c’est une matière étudiée en 5ème année), on doit interroger un patient, l’examiner, faire des hypothèses diagnostiques et dire ce qu’on aurait fait comme examens complémentaires (prise de sang, radio, scanner etc) pour étayer nos hypothèses diagnostiques. Un médecin nous observe interroger et examiner le patient et il note notre façon de faire ainsi que nos hypothèses diagnostiques. On a à la fin une note sur 20, il faut avoir minimum 10/20 pour valider cette épreuve autrement on doit la repasser aux rattrapages en juin.
Des examens écrits en juin : examens sur tablette (comme pour le concours ECN) sur toutes les matières vues dans l’année (et vous avez vu qu’il y en a un paquet), sous forme de dossier clinique en QCM.
– Validation de tous les stages : indispensable à la validation de l’année, un stage non validé = redoublement. Il n’est généralement pas compliqué de valider un stage, il faut être présents tous les jours, ponctuels, volontaires, efficaces. Dans certains stages, les médecins qui nous encadrent nous font passer des examens cliniques (exactement pareil que l’examen clinique qu’on a en mars, mais ceux ci ne comptent pas dans la moyenne, c’est juste pour valider le stage). Certains services demandent aussi aux externes de préparer des diaporama sur certains sujets que l’on doit présenter devant tout le monde lors des réunions entre médecins.

2/ La 6ème année :

Une fois que l’on a donc validé notre 4ème et notre 5ème année de médecine, nous passons en 6ème année, la dernière année d’étude de médecine à proprement parlé (puisqu’ensuite nous devenons interne dans notre spécialité, on travaille à 100% l’hôpital, finis les examens, les révisions etc ! nous devenons de véritables bébés docteurs).

En 6ème année, la plupart de tous les cours auront été vus les deux années précédentes, donc nous avons cours deux après-midi par semaine pendant environ 3 mois où nous voyons : 
– les thérapeutiques médicamenteuses
– la médecine légale
– la lecture critique d’article en anglais (oui, ça, on en fait tous les ans, c’est une épreuve du concours ECN assez compliquée…)

Nous passons ensuite des examens écrits en janvier sur ces trois matières (toujours sous forme de QCM sur tablette).

Pendant les 6 mois restants jusqu’au concours, nous n’avons plus de cours à la faculté. Tout notre temps est consacré au stage le matin et aux révisions de tous les cours vus depuis le début de la 4ème année pour préparer le concours.

Dans l’année, en plus des examens écrits et des stages, nous devons également passer le CSCT. C’est un examen que tous les étudiants en médecine en 6ème année doivent passer. Il s’agit de la même chose que l’examen clinique que l’on passe en 4ème et 5ème année (vous savez, être convoqué dans un service médical, interroger et examiner un patient, faire des hypothèses diagnostiques…) mais de façon + poussée : on doit savoir mettre en place les possibilités de traitement etc. Cet examen est indispensable pour la suite de nos études puisque le CSCT nous donne le droit de prescrire. Impossible de devenir interne si nous n’avons pas le droit de prescrire.

Nous avons la possibilité de prendre 3 mois « d’indisponibilité » avant le concours, c’est à dire que pendant les 3 derniers mois (mi mars, avril, mai, juin) nous n’allons plus en stage et nous consacrons 100% de notre temps au x révisions.

Le concours ECN est mi-juin, les résultats du concours une semaine après, la reprise des stages en juillet (pour ceux qui ont pris 3 mois d’indisponibilité, il faudra aller en stage à temps plein l’été pour « rattraper les trois mois », autrement, c’est toujours qu’une demi journée).

En septembre, nous choisissons notre spécialité et notre ville (oui les résultats sont en juin mais nous ne choisissons qu’en septembre, de façon à ce que tout le monde ait le temps de réfléchir sur son avenir professionnel je suppose). En octobre c’est le mois libre : on n’a aucune obligation.

L’internat commence en novembre, pour de nouvelles aventures !

 

2 Replies to “Ma nouvelle vie d’externe en médecine, comment ça se passe à Marseille ?”

  1. Je trouve ça très bien écrit, ça se lit très facilement. Et moi qui te suis sur instagram ( mon pseudo c’est bebeaes ) je trouve que cesr complètement dans la continue de ton compte instagram mais en beaucoup plus poussé ! Pour finir j’adore ! Continues ce que tu fais ! Ton parcours est vraiment remarcable et je te suivrais aussi longtemps que tu tiendras ton compte insta ! Gros bisous ! Et J ai hâte de lire la suite 😊

    1. Merci beaucoup pour ce si gentil commentaire. C’est vraiment motivant pour moi de lire des choses comme ça, tu es adorable ❤️

Laisser un commentaire