La 3ème année de médecine, on y apprend quoi ?

La 3ème année de médecine se termine pour moi, et à l’instar de ce que j’avais fait pour la 2ème année (ici), je vous décris ce qu’on étudie en 3ème année de médecine à la faculté de médecine de Marseille(au bout de six ans d’études de médecine, on aura tous vu la même chose quelque soit la faculté de médecine en France, mais pas dans le même ordre, pas les mêmes années, chaque fac s’organise à sa façon)

A savoir qu’à Marseille, en 3ème année, on ne travaille pas sur les référentiels pour les ECN, mais une très grosse partie des cours que l’on voit seront revus quasiment tel quel dans les référentiels pendant l’externat.
Les partiels sont sous forme de QCM sur tablette pour toutes les UE du tronc commun.


PREMIER SEMESTRE (de fin septembre à fin janvier-début février) :

  • Système neurosensoriel et psychiatrie :

Grosse UE qui comprend quelques cours de psychiatrie assez compliqués et denses avec des notions difficiles à intégrer, et une grosse partie de cours de neurologie.
J’ai beaucoup aimé les cours de neurologie (un peu moins ceux de psychiatrie), d’autant plus que j’étais en stage en neurologie pendant le premier semestre, ce qui m’a permis de voir en pratique certaines choses que l’on voyait en même temps dans les cours. C’est quelque chose d’assez vaste et compliquée la neurologie, mais quand je m’y suis vraiment intéressée, que j’ai pris le temps de comprendre, j’ai réussi à apprécier ça.

  • Appareil locomoteur :


Une grosse UE aussi qui comprend des cours de rhumatologie, des cours d’orthopédie et de l’anatomie (en rapport avec la rhumatologie donc anatomie des membres principalement).
Personnellement je n’ai jamais vraiment aimé la rhumatologie et cela s’est confirmé avec cette UE. J’ai cependant apprécié les cours traitant des maladies auto-immunes et inflammatoires.

  • Appareil respiratoire :

De la pneumologie. Ici, la plupart des cours étaient directement tirés du collège des enseignants de pneumologie (le référentiel pour les ECN), ce qui est vraiment chouette car quand on fera de la pneumologie pendant l’externat, les cours nous seront plus ou moins familiers (je dis plus ou moins car je pense en avoir déjà oubliés une bonne partie…..)
Je n’ai pas trop aimé la pneumologie, encore moins les parties traitant des volumes et pressions. C’est un petit peu indissociable de la pneumologie cette partie plutôt « physique » on va dire, et c’est quelque chose que je n’aime pas du tout. Et je n’aime pas trop la pneumologie en général de toute façon.

  • Tissu sanguin :

Petite UE de 10 cours (pas moins de 20-25 pages le cours par contre). UE que l’on avait déjà eue en deuxième année de médecine mais cette fois-ci, je dirais que les cours étaient plutôt axés « pathologies » alors qu’en 2ème année c’était plutôt « physiologie ».
Il y avait certaines choses que je savais déjà grâce à mon cursus en pharmacie ce qui m’a pas mal aidé à intégrer certaines notions, mais en règle générale j’ai eu du mal avec cette UE où on parle des différents cancers du sang : rien n’était vraiment très clair pour moi, ça a été très difficile.

  • Immunopathologie et immunointervention :

Petite UE d’une douzaine de cours (toujours pareil, pas moins de 20-25 pages le cours). UE qui ne parait pas compliquée de premiers abords mais qui se révèle extrêmement pointilleuse de part les QCM posées par les professeurs. Je n’ai pas trouvé les cours compliqués et certains étaient même très intéressants. Pour autant, j’ai été très décontenancée devant ma tablette le jour des examens. C’est une UE que je suis quasiment certaine d’avoir aux rattrapages cette année, ce qui me stresse beaucoup étant donné que je ne sais pas trop comment + travailler les cours de cette matière… Je vous tiendrai au courant des résultats.

Bilan du premier semestre : 3 grosses UE difficiles + 2 petites UE qui paraissent simples mais en fait pas vraiment. C’est un semestre qui demande énormément de travail pour réussir à tout maitriser. J’ai trouvé ce semestre plus dense et compliqué que celui de 2ème année de médecine.

DEUXIEME SEMESTRE (de mi février à fin mai) :

  • Hormonologie-Reproduction :

Je suis obligée de commencer le détail des UE de ce second semestre avec l’endocrinologie-reproduction. Je ne sais pas si je l’ai déjà dit quelque part dans ce blog (si c’est le cas je m’excuse de radoter, autrement, ravie de vous apprendre quelque chose sur moi) mais je suis entrée en médecine avec l’idée d’être endocrinologue. C’est quelque chose qui m’a toujours plu et fascinée depuis mes études en pharmacie. Je suis tombée amoureuse de cette spécialité au travers des cours d’endocrinologie lors de mes études en pharmacie et j’avoue que cette UE en 3ème année de médecine n’a fait que confirmer ma passion pour l’endocrinologie. J’ai une certaine facilité à apprendre plein de choses dans cette UE tellement ça m’intéresse.

Cette UE se compose d’une très grosse partie d’endocrinologie et d’une petite partie de cours sur la reproduction/gynécologie. Si vous avez lu l’article sur la gynécologie obstétrique que j’ai écrit (ici) vous savez donc que j’adore la gynécologie aussi et que donc, cette UE était faite pour moi !
Les cours d’endocrinologie étaient très bien faits. Découpés par organes (axe hypothalamo-hypophysaire, thyroïde, surrénales, gonades, pancréas) puis au sein du découpage par organe, les cours étaient fait dans un certain ordre : anatomie, histologie, physiologie, pathologie. Ce qui permettait de très bien visualiser les différents organes endocrines, leurs rôles, leurs dysfonctionnements.
Les cours sur la reproduction étaient en plus petite quantité mais très intéressants, j’ai beaucoup aimé.

  • Reins, voies urinaires, appareil génital masculin :


Grosse UE avec une grosse partie de néphrologie et une petite partie d’urologie. Les cours de néphrologie étaient bien faits, mais c’est parfois compliqué de tout intégrer en quelques semaines. J’ai retenu beaucoup de choses mais je sais que quand je referai de la néphrologie, il faudra que je bosse beaucoup pour finir de compléter mes notions.
Les cours d’urologie étaient intéressants à ma grande surprise. Je pensais vraiment détester ça et finalement pas du tout. Ce n’est pas non plus la chose que je préfère le plus mais j’ai bien aimé. Les cours étaient bien faits, faciles à comprendre.

  • Système cardiovasculaire :
Cet ECG est le mien 🙂

Grosse UE de cardiologie. On a vu énormément de choses sur le programme de cardiologie de médecine lors de cette 3ème année. J’étais en stage de cardiologie pendant ce second semestre, ce qui m’a permis, comme en neurologie au premier semestre, de voir certains aspects de la cardiologie que l’on voit dans les cours, en stage. En discutant avec les externes de 4ème année de médecine, on a pu s’apercevoir qu’on voyait beaucoup de choses en 3ème année, ce qui est une « avance » non négligeable pour l’année prochaine.

Qui dit cardiologie dit ECG, et c’est un véritable bonheur de comprendre un tout petit peu mieux les ECG (surtout grâce au stage de cardiologie). Avant cette UE, pour moi c’était juste des pics de P QRS T, je savais à peu près à quoi ça devait ressembler mais ça s’arrête là.
La cardiologie c’est intéressant mais assez compliquée à mon gout. Il y a, comme en pneumologie, une partie destinée aux volumes et pressions et c’est quelque chose que je n’aime pas et que j’ai du mal à comprendre.

  • Biomédecine quantitative :


Petite UE de statistiques (maths) appliquées à la médecine. Cela reprenait des notions vues en PACES (UE4 pour les étudiants de Marseille) mais également des choses que j’avais vu en 2ème année de pharmacie (UE3 pour les étudiants pharma de Marseille).
Bon on va être clairs de suite : je n’ai pas du tout aimé cette UE. Déjà premièrement je n’ai jamais été une grande fan de biostatistiques, mais en plus de ça, dans cette UE, on n’avait aucun calcul à faire… c’était assez spécial comme façon d’apprendre : on apprend les formules sans vraiment les utiliser, on apprend des définitions… Et le partiel étaient sous forme de QCM « vrai/faux » à points négatifs. En gros, on avait 24 questions/phrases, et il fallait cocher soit « vrai », soit « faux », soit « je ne sais pas » : si on coche vrai ou faux, et qu’on a raison alors on a +1 point, si on avait tort on a -1 point ! (Et si on a coché je ne sais pas, on ne gagne ni ne perd aucun point).
Très clairement, je ne serai pas étonnée d’avoir cette UE aux rattrapages, j’ai trouvé le partiel très long et on avait que 30 minutes, je n’ai pas réussi à terminer mon sujet…
Il parait cependant que cette UE est importante pour la LCA (lecture critique d’articles) qui est une épreuve pour les ECN. Moi qui voulais bruler mes fiches, je vais peut-être les garder…

Bilan de ce second semestre : Je l’ai trouvé, dans l’ensemble, très intéressant. Comme je l’ai dit, j’ai été ravie de retrouver de l’endocrinologie/reproduction, ce n’était jamais un calvaire de réviser ces cours. Ce que j’ai trouvé dommage c’est que la plupart des cours de cardiologie sont arrivés en dernier dans le semestre, ce qui ne m’a pas laissé assez de temps pour bien tout comprendre.
Difficulté majeure pour moi ce semestre : étant donné que je me suis faite opérer début avril, j’ai pris énormément de retard dans mes cours et mes révisions, ce second semestre a été un véritable challenge, j’espère m’en être pas trop mal sortie car j’ai beaucoup travaillé pour rattraper au mieux ce gros retard.


Les UE libres ou masters :

En plus des UE du tronc commun que je vous ai présentées, nous devions choisir :

  • soit une UE libre (beaucoup de choix dont certaines n’étaient disponibles qu’au premier ou qu’au deuxième semestre) : droit et santé, éducation à la sexualité, santé publique, génétique médicale, biostatistiques-épidémiologie, handicap-éthique, risque-santé&société.
  • soit une UE dite « master » : Ethique/Anthropologie, neurosciences, pathologies humaines.

Les UE dites « master » permettent de valider un Master 1 de Recherche dès lors que l’on devient interne en médecine, si l’on a suivi et validé les UE master en 2ème et 3ème année de médecine. Cela peut être très intéressant d’avoir son Master 1 de Recherche en poche dès qu’on devient interne, car, de plus en plus, les médecins ont un double cursus médecine-recherche, donc les internes en médecine devront passer le Master 2 de Recherche (et une thèse de sciences s’ils veulent aller plus loin dans la recherche) pour avoir ce double cursus et faire de la recherche à côté de leur métier de médecin. Ce master 1 leur permet de s’affranchir de le passer pendant l’internat.

On choisit l’UE que l’on souhaite suivre en fonction de notre classement, établi en fonction de nos moyennes obtenues en 2ème année de médecine.

Personnellement j’ai choisi l’UE master Ethique/Anthropologie :

Premier semestre d’éthique : cours très intéressants d’éthique médicale. Une partie de ces cours étaient dispensés par le Pr Pierre Le Coz (philosophe français spécialiste de l’éthique, ancien vice-président du CCNE), et comme toujours, j’adore les cours de ce professeur, ils m’amènent toujours à réfléchir, à me poser des questions que je ne m’étais jamais posées auparavant, à me remettre en question, à mieux me mettre à la place des patients.
J’ai toujours pensé que l’éthique médicale est indissociable de la médecine, et qu’on devrait avoir obligatoirement des cours d’éthique dans ce cursus (du moins, un peu plus que ce qu’on en a déjà).
Le partiel était une dissertation à faire : une seule question d’éthique à traiter dans son ensemble.

Second semestre d’anthropologie : pour ce second semestre, nous avions le choix :

  • soit de suivre des cours magistraux d’anthropologie et de passer un examen écrit en fin de semestre
  • soit de réaliser un stage de deux semaines

Il y avait seulement 12 places pour le stage et on choisissait si on voulait suivre les cours magistraux ou le stage en fonction de notre classement. J’ai personnellement choisi le stage car cela avait l’air très intéressant et parce que cela me permettait d’avoir une matière en moins à réviser pour les partiels (étant donné que je devais me faire opérer, je savais que j’allais avoir du retard donc ça me rassurait d’avoir ça en moins à réviser). Ce stage devait se dérouler du 4 au 15 juin.

Le stage devait initialement se composer : d’une semaine en salle informatique à dépouiller des archives, et d’une semaine à faire des travaux sur des ossements anciens.
Malheureusement, cette année, nous n’avons pas pu faire les travaux sur les ossements anciens, soit, le plus intéressant. Nous sommes donc restés deux semaines en salle informatique. La première était consacrée à un travail de recherche d’articles scientifiques (horaires : 9h-15/16h le lundi et mardi, 9h-12h le mercredi, et pas stage le jeudi et vendredi).
La seconde semaine, nous avons épluché des textes anciens écrits par des médecins au 17-18ème siècle qui traitaient de la peste marseillaise. Notre travail était d’identifier les symptômes de cette maladie et les façons mises en place à l’époque pour la traiter car l’antibiothérapie que nous possédons actuellement n’existait pas (horaires : 9h30-15h le lundi et mardi, pas stage le mercredi, jeudi et vendredi).
Très clairement, sur normalement 10 jours de stage, on en a fait que 4 et demi, donc je ne me plains pas trop.

Vous savez absolument tout sur la 3ème année de médecine à Marseille concernant les cours qui nous sont enseignés et ce que j’en ai personnellement pensé.
Les prochains articles seront consacrés aux différents stages que j’ai effectués durant cette année.

Si vous avez des questions ou remarques, n’hésitez surtout pas à m’écrire un commentaire !

4 Replies to “La 3ème année de médecine, on y apprend quoi ?”

  1. yes, j’ai hâte que tu publies ton article sur les stages! Ca me fait un peu flipper d’être jeté dans la jungle médicale comme ça, ce serait cool d’avoir ton retour sur la gestion du stress de bien faire etc. la dessus 🙂

    1. Coucou ! Merci beaucoup pour ton commentaire. Tu peux voir sur le site que j’ai déjà publié plusieurs articles sur les stages que j’ai fait en deuxième année si cela peut t’intéresser en attendant les autres.
      Merci également pour ton idée, c’est noté. Si cela peut vous aider, j’écrirai un article sur comment bien assurer en stage, gérer son stress, etc.

  2. Ce que tu fais est formidable Mélanie, et même si tes copines essaient de faire comme toi, c’est de loin toi que je préfère lire, regarder et écouter. Tu es très intéressante et motivante. Merci pour tout !

    1. Merci beaucoup, ce que tu me dis est trop gentil. Je suis vraiment touchée et surtout ravie que ça te plaise !

Laisser un commentaire