Accueil

Bienvenue !

Il me semble normal de commencer ce site avec une présentation et une mise en contexte, alors je m’y attèle. Je vais vous raconter comment j’en suis arrivée là, étape par étape.


Je m’appelle Mélanie, j’ai 23 ans et je suis en 3ème année de médecine à l’heure où j’écris. J’étudie à la faculté de médecine de Marseille.

FullSizeRender-1.jpg

J’ai décidé de créer ce blog, tout d’abord pour moi. Je voulais absolument avoir une trace écrite retraçant mon aventure, je voulais m’en souvenir pour toujours. Mais plutôt que le faire de mon côté, je me suis dit que créer un blog pourrait peut-être aider certaines personnes. Je ne prétends pas être un exemple ou un modèle à suivre, mais je sais que personnellement, en cas de doute, j’aime souvent voir comment ça se passe chez les autres : Comment l’ont-ils ressenti ? Qu’on t-ils décidé de faire ? Pourquoi et comment ? Ça m’a souvent aidé, je me suis sentie moins seule certaine fois. Je remercie donc les personnes qui partagent leurs histoires et je veux en faire tout autant.

J’ai reçu tellement de messages adorables sur mon compte instagram, de gens qui me disaient retrouver espoir en me lisant et en me suivant, que je me suis dit que moi aussi je pouvais peut-être apporter quelque chose aux autres.

Mon parcours est plus ou moins atypique. En effet, après avoir obtenu mon baccalauréat scientifique, j’ai fait deux PACES (2012-2013 et 2013-2014). Ce concours ne m’a pas permis d’intégrer les études de médecine et de réaliser mon rêve de toujours : être médecin. Lorsque j’ai pris connaissance de mon classement à la suite des résultats du 1er semestre au cours de ma seconde PACES, j’ai tout de suite compris qu’il fallait que je fasse une croix sur ma vocation, la médecine.

Ça a été très difficile, j’en ai été plus que malade. Je ne vivais plus, je ne savais plus quoi faire, je ne dormais plus, j’étais la personne la plus nulle et la plus incapable du monde pour moi, j’avais clairement gâché ma vie. Qu’est-ce que j’allais faire ? Après plusieurs semaines de réflexion et de remise en question, j’ai décidé :

  • de passer le concours d’entrée à l’école d’infirmière
  • ainsi que présenter le concours pharmacie via la PACES

J’ai eu du mal à me remotiver, car ni l’une ni l’autre des voies que j’avais finalement choisi, avait été choisi par pure vocation.

Je continuais la PACES et plus les jours passaient, plus j’aimais les matières propres aux études de pharmacie. Je me suis alors intéressée au cursus pharmaceutique, ne connaissant que la filière officinale et… énorme choc. Les études de pharmacie sont très très variées, et permettent énormément de types d’exercices dans d’autant de structures différentes. Je me suis rendue compte que c’était un diplôme qui me permettrait d’être polyvalente, de connaitre pleins de choses, de travailler avec des médecins ou auprès des patients, de mettre mon savoir à la disposition de la recherche médicale, de faire quelques diagnostics médicaux en étant pharmacienne biologiste… Bref, j’étais ravie et remotivée, je savais maintenant pourquoi je finissais ma PACES et je voulais réussir le concours pharmacie.

Juin 2014, oh victoire! Je réussis à me classer pour passer en 2ème année de pharmacie. Quel bonheur. Je suis remotivée à bloc, hâte la rentrée. Même si ça me fait quand même quelque chose de voir mes camarades passer en médecine…

Ah oui ! Le concours infirmier ? Je ne devais passer que l’oral (car moyenne > 10/20 en PACES), eh bien je ne l’ai pas eu. Pourtant cela s’était extrêmement bien passé, le jury m’avait fait comprendre que c’était bon pour moi (les étudiants ne passant que l’oral sont classés sur une liste spéciale, il y avait plus de places à pourvoir que de candidats inscrits, il ne me fallait donc que 10/20 à l’oral pour réussir). Bon je l’ai raté quand même. Ils m’ont mis 7/20. Soit clairement la note qu’on met à quelqu’un qui ne sait pas ce qu’il fait là, qui ne parle pas, ou qui dit n’importe quoi. Je savais que ce n’était pas mon cas, j’avais du mal à comprendre pourquoi cette note mais pas grave, je voulais pharmacie, je l’avais eu.

J’ai appris plus tard qu’aucun étudiant sortant de la PACES et passant par cette liste spéciale n’était accepté dès la première présentation à l’oral dans cet IFSI. Le problème ne venait donc pas de moi. Le jury voulait que je prouve ma motivation en me représentant l’année suivante. Ils avaient raison, je n’étais pas si motivée que ça puisque j’ai choisi la pharmacie. Mais bon 7/20 quand même… tant pis 🙂

En septembre 2014 j’entre en 2ème année de pharmacie, je deviens tutrice pour les PACES, j’aime ma vie. J’apprends également qu’il existe une passerelle, qui permet, une fois la 3ème année de pharmacie validée, d’entrer en deuxième année de médecine. Cette passerelle n’est pas quelque chose de due. On doit montrer notre motivation, passer devant un jury… Je savais que je la tenterai au moment où j’ai su qu’elle existait. Mais il ne faut pas se voiler la face, des centaines de candidats pour une dizaine de places. Des candidats qui sont docteurs, qui font de la recherche et j’en passe, seront mes concurrents. Je n’aurais aucune chance face à eux, mais je tenterai quand même.

2ème année de pharmacie validée sans rattrapage avec une moyenne frôlant les 15/20. Entrée en 3ème année de pharmacie en septembre 2015 (oui, ça y est, c’est l’année où je peux présenter un dossier passerelle!), validation du premier semestre en janvier 2016 sans rattrapage avec 13/20 de moyenne. Je suis bien intégrée dans mon cursus, je veux être pharmacienne d’officine.

Mars 2016, c’est le moment du dépôt de dossier passerelle à la faculté de médecine. Je stresse, ça fait trois mois que je travaille sur ma lettre de motivation. Je veux montrer au jury que je suis faite pour être médecin, que je suis capable de soulever des montagnes pour réussir. Je veux leur montrer qu’ils ont tout intérêt à me choisir, parce que je me donnerai toujours à 100% pour mes potentiels futurs patients. Je veux être médecin, je dois être médecin.

Plus le temps passe et plus je me dis que je n’ai aucune chance. Pourquoi ils me choisiraient moi ? Je n’avais cas être mieux classée en PACES pour réussir. Je suis sûre que c’est ce qu’ils vont se dire de toute façon… Bref, j’y pense tous les jours en attendant les résultats, je ne peux plus rien faire de toute façon.

Mai 2016, je vois sur un forum la liste des candidats admissibles, c’est-à-dire, qui ont retenu l’attention du jury, et qui sont convoqués pour un oral d’admission. Mon nom est inscrit. Non je ne rêve pas, mon nom est inscrit. Sur plus d’une centaine de dossier, on est 32 à être retenus pour l’oral et j’y suis. Dans la foulée, je reçois un mail m’indiquant que j’ai été retenue, et que je suis convoquée pour une présentation orale devant le jury d’admission le 23 mai 2016. Je mets plusieurs heures, voire jours pour réaliser. Mais pas le temps de planer, il faut que je prépare mes partiels du second semestre ainsi que mon oral de passerelle. Si je ne valide pas ma 3ème année de pharmacie, je ne pourrai pas passer en médecine, même si le jury me déclare admise.

23 mai 2016, partiels passés, c’est le jour de l’oral. RDV à la faculté de médecine de Montpellier, les oraux se passent ici car c’est la ville où se trouve l’ARS de la région Sud-Est. Je passe devant le jury. Je suis stressée mais je dis ce que j’avais à dire. Ils n’ont pas l’air super emballé. C’est foutu, j’ai encore tout raté, j’étais à deux doigts de réussir mais c’est mort. C’est dur, encore un échec… J’étais si près du but. Les résultats tombent dans deux jours mais je me fais pas d’illusion.

25 mai 2016, admise à intégrer les études de médecine en deuxième année. J’ai validé dans la foulée ma 3ème année de pharmacie. Ca y est, c’est fait. Ca y est, je vais être étudiante en médecine. Je vais être médecin. Aujourd’hui j’ai encore des fois du mal à réaliser.

Oui je vais être médecin.